Manufacture de création, d'écriture, de critique et de discussion sur la culture, la politique, le monde et toutes les autres choses...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Idiots utiles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
mtislav



Messages : 39
Date d'inscription : 15/11/2008

MessageSujet: Idiots utiles   Mar 25 Nov - 19:49

"Tu fais le jeu du NPA" ! Contentons-nous d'être les idiots utiles du PS ! S'il y a bien une chose que fais de moins en moins, c'est le jeu du PS...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tivi

avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 30/10/2008
Age : 42
Localisation : Paris mec !

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Mar 25 Nov - 21:31

Mieux vaut encore jouer au jokari, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tivi

avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 30/10/2008
Age : 42
Localisation : Paris mec !

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Mer 26 Nov - 9:43

Le Nouveau Parti Anticapitaliste, je crois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doudourou

avatar

Messages : 546
Date d'inscription : 29/10/2008
Localisation : East Side Paname

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Mer 26 Nov - 12:54

Oui, NPA, ce n'est pas "Nul part ailleurs", c'est le Nouveau Parti Antiapitaliste que monte le petit facteur.
Bizzare, pourquoi l'appeler "Nouveau Parti"?
Dans cinq ou dix ans, ça fera nul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roudotf.canalblog.com/
Tivi

avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 30/10/2008
Age : 42
Localisation : Paris mec !

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Mer 26 Nov - 15:01

Besneard je crois...

Bof, de toute façon Besancenot avec sa règle à mesurer le gauchiste, son compas à jauger le social-traitre... Ce nouveau parti anticapitaliste, c'est "on s'est tous rendu compte que Trotsky était mort, nous avons donc nouvellement choisi d'être guevariste". Faudrait encore m'expliquer en quoi Guevara était théoricien de quoi que ce soit. Et quelle était la théorie correspondante. Je suis même prêt à m'y convertir...

Et ça va faire le pipol au concert de NTM !

Pfff, c'est guère mieux... On est entre l'enclume et le marteau, les nickelés du PS et les systématismes à la noix.

Mtislav dirait peut-être (tu me dis si je me trompe) :

La gauche a oublié de gouverner. Pendant ce temps, elle se cherche une place dans la grande figuration d'une superproduction de Cecil B. De Mille...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doudourou

avatar

Messages : 546
Date d'inscription : 29/10/2008
Localisation : East Side Paname

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Mer 26 Nov - 17:23

Didier Goux a écrit:
Citation :
Besneard je crois...

Caramba ! encore raté...

Bernard?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roudotf.canalblog.com/
EnclumeDesNuits

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 16/11/2008
Localisation : 93 hardcore

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Mer 26 Nov - 17:39

Tivi a écrit:
Besneard je crois...
Pfff, c'est guère mieux... On est entre l'enclume et le

(on est jamais tranquille)

Tivi a écrit:
marteau, les nickelés du PS et les systématismes à la noix.

Mtislav dirait peut-être (tu me dis si je me trompe) :

La gauche a oublié de gouverner. Pendant ce temps, elle se cherche une place dans la grande figuration d'une superproduction de Cecil B. De Mille...

Aux dernières nouvelles, le NPA décide désormais de soutenir Jean-Marc Rouillan dans ses déclarations favorables aux actes qui l'ont conduit au trou. Limpide !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imbepile.free.fr/
Tivi

avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 30/10/2008
Age : 42
Localisation : Paris mec !

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Mer 26 Nov - 18:01

En même temps, qui en a quelque chose à foutre de savoir comment on orthographie le nom d'un agent ?

Il manque un hasch, c'est ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
beabab



Messages : 306
Date d'inscription : 16/11/2008
Localisation : Elle court, elle court la banlieue

MessageSujet: merci Didier Goux   Mer 26 Nov - 22:58

voyons Tivi, BesneHard, le plus grand agent du cinéma français qui a mis le pied à l'étrier, Adjani, Sophie Marceau, Valéry Kapriski, Béatrice Dalle. C'est pas sérieux de s'en contre carrer à ce point.

Bon Mossieu Didier Goux, on se gousse à la vanille, mais on nous a toujours pas dit quel était la bonne orthographe !??

voilà je fous le bazar dans le fil politique, vais-je subir une motion de censure...

le seul mérite que je reconnaisse tout de même à l'extrême de la gauche, c'est tout de même les seuls à faire un peu entendre une autre voi(x)e dans le "tout" Sarko...
car au PS, à part les guerres sorricides !

sinon je ne sais plus quel éditorialiste, disait que le socialisme, pas seulement en France était vouée à une impasse puisque le systéme capitalisme avait montré que c'était le seul possible.
Quand j'entends ça, j'ai de l'indulgence pour les fautes d'orthographe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tivi

avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 30/10/2008
Age : 42
Localisation : Paris mec !

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Mer 26 Nov - 23:17

Oui, Bea, bon, c'est un agent...

Tu m'en veux si je préfère Adjani à ce cher Dominik (c'est comme ça que ça s'écrit non ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
beabab



Messages : 306
Date d'inscription : 16/11/2008
Localisation : Elle court, elle court la banlieue

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Jeu 27 Nov - 0:21

domi nik ? nique ?..tiens, un de mes collègues m'a dit qu'un film allait sortir sur la soeur du même nom qui chantait au premier degré ou au dixième c'te célèbre chanson, j'ai cru comprendre que soeur Dominique avait eu une fin plutôt tragique...

je comprends que tu prèfères Adjani, moi aussi avec son p'tit pull marine au fond de la piscine !

quel bazar, ce fil. Modérateur, prends pitié de moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
herbertlecanard

avatar

Messages : 402
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Jeu 27 Nov - 0:24

beabab a écrit:
domi nik ? nique ?..tiens, un de mes collègues m'a dit qu'un film allait sortir sur la soeur du même nom qui chantait au premier degré ou au dixième c'te célèbre chanson, j'ai cru comprendre que soeur Dominique avait eu une fin plutôt tragique...
Oui, et c'est cecile de france, celle qui ne sait pas jouer,
qui a le rôle. Tu te doutes bien qu'en temps que fanne,
j'étais au courant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
beabab



Messages : 306
Date d'inscription : 16/11/2008
Localisation : Elle court, elle court la banlieue

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Jeu 27 Nov - 0:33

t'es pas un peu dure, là avec Cécile ?

Ah, maintenant que tu le dis effectivement c'est bien la belge qui joue, mon collègue me l'avait dit aussi !
c'est plutôt que je n'imagine pas Cécile en bonne soeur, sera t-elle crédible ? trop jolie ? quel cliché je dis... enfin fô voir qui est le réalisateur, si c'est celui des "choristes", ça nous promet un bon film...
Quoique Zulawski, ça pourrait être pas triste non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
edgar

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Jeu 27 Nov - 3:23

Limpide, limpide, faudrait voir...
Quoi qu'il en soit, avec ou sans Rouillan, Besancenot et le truc qu'il représente flippent quand même d'être confondus avec "l'ultra gauche" - vous savez, celle des TGV qui n'arrivent pas à l'heure -, et divers experts en la matière (Ch. Bourseiller dans libé, etc.) ont beau venir, sans rire, nous expliquer que c'est pas pareil, tout çaa, ça ne suffira pas. Non, il faudra sans doute encore quelques passages très-pédagogiques d'Olivier chez Drucker pour rassurer l'opinion publique, mais ça devrait passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EnclumeDesNuits

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 16/11/2008
Localisation : 93 hardcore

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Jeu 27 Nov - 14:23

Ils flippent d'être confondu avec, mais ils flippent aussi de ne pas être confondu avec.

Bien entendu, leur marketting leur impose de s'adresser au bon public SFIO déçu, qui ne tolère pas plus les ersatz de Baader que la bande originale.
Mais ils ne peuvent pas non plus se passer des rares révolutionnaires qui restent, qui eux ne se sentent nullement restreints par les lois et principes qu'ils estiment petites-bourgeois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imbepile.free.fr/
edgar

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Jeu 27 Nov - 15:53

assez d'accord, le fait que certains adhérents du NPA ne laissent pas d'être admiratifs devant "les invisibles" et qu'au fond ils aimeraient bien s'encanailler un peu de la sorte ne change rien à l'affaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Audine

avatar

Messages : 75
Date d'inscription : 30/10/2008
Localisation : Montpellier

MessageSujet: à propos de Besancenot et de Rouillan   Jeu 27 Nov - 17:08

(coucou Ed !!! contente de te revoir passer !!)

A propos du NPA en général et du positionnement de Besancenot lors de "l'affaire Rouillan" (qui donc n'avait pas rejeté de toute son âme le recours à la lutte armée dans le combat pour que la révolution triomphe, ou quelque chose du genre), j'avais, début novembre, sur le blog bien sympathique de Mathieu L "les privilégiés parlent aux français" (il est prof), écrit ceci, que j'ai la flemme de "réinventer" et donc que je vous copie - colle :


On est vraiment dans une société très hantée par le judéo christianisme. Bien sûr il faut payer pour ses fautes, mais là, ce qu'on exige de Rouillan c'est le repentir, le désaveu, la rédemption et puis quoi encore ?
On peut comprendre le juge d'application des peines qui le réenferme après ses déclarations à l'Express, encore que ...
Rouillan n'a pas dit "je vais recommencer à tuer", il a juste dit "la lutte armée est nécessaire au processus révolutionnaire" (ou à peu près), il y a quand même une nuance. Et même s'il avait dit "je vais recommencer" on peut discuter : depuis quand on condamne l'intention, depuis quand c'est péché, de penser ?
Mais bon, les 18 ans de la peine de sûreté était la partie incompressible, on peut admettre la prudence de la justice qui "profite" de sa marge de manoeuvre (au delà de 18 ans).
En ce qui concerne Besancenot, j'ai de l'estime pour son attitude, avec laquelle il n'avait rien à gagner ("ouah regarde le petit facteur comme il est encore ado avec ses idées de révolution qu'il cache mal alors qu'il veut se rendre respectable, ou à tout le moins, crédible").
Besancenot l'explique très bien d'ailleurs, Rouillan a une peine qu'il purge, on ne doit pas l'accentuer parce qu'il pense la révolution comme ci ou comme ça.
De plus Besancenot n'aurait aucune légitimité à demander à ses adhérents s'ils pensent correctement, c'est aux adhérents de se positionner en cotisant ou non ...
En cela, nous sommes encore proches de la conception de la direction de conscience : ça serait encore plus grave, pour un parti démocratique, d'opérer cette sorte de contrôle, sur les pensées des adhérents potentiels.
En ce qui concerne le droit, je suis pour un droit spécifique en cas d'actes politiques : un droit spécifique ne veut pas dire des peines différentes mais par exemple, un droit de la défense spécifique, une instruction spécifique etc.


(on avait abordé la question aussi, de : faut il un droit spécifique pour les actions dites politiques ?)

Voilà, je le remets parce qu'il me semble que je suis la seule à le ressentir comme ça, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anodineaudine.hautetfort.com/
Tivi

avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 30/10/2008
Age : 42
Localisation : Paris mec !

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Jeu 27 Nov - 19:01

Nan, bizarrement, sur ce point précis, je suis d'accord avec toi. Sur la partie légaliste surtout.

En revanche, je ne crois pas que le NPA soit un parti démocratique. A dire vrai...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tivi

avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 30/10/2008
Age : 42
Localisation : Paris mec !

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Jeu 27 Nov - 19:02

Cela dit, penser la lutte armée, la révolution sous le concept démocratique est intéressant. Est-ce possible ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
doudourou

avatar

Messages : 546
Date d'inscription : 29/10/2008
Localisation : East Side Paname

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Jeu 27 Nov - 19:24

Audine a écrit:
... ce qu'on exige de Rouillan c'est le repentir, le désaveu, la rédemption et puis quoi encore ?

Absolument d'accord.
C'est quoi ce truc d'exiger le repentir du condamné?

D'autre part, d'accord aussi sur cette extension incroyable du domaine de l'antiterrorisme.

On sent que si il reprenait l'idée à Bové de démonter un McDo, il tomberait sous le coup du terrorisme... ou peu s'en faut.
Sur ce thème, la petition d'une sacré brochette de philosophes et intellectuels dans Le Monde d'aujourd'hui.

Pour ces "actions" sur le TGV je trouve surrtout que cela relève d'un romantisme échevelé de types s'imaginant vivre quelque part entre 1848 et 1917...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://roudotf.canalblog.com/
EnclumeDesNuits

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 16/11/2008
Localisation : 93 hardcore

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Jeu 27 Nov - 22:22

doudourou a écrit:
Audine a écrit:
... ce qu'on exige de Rouillan c'est le repentir, le désaveu, la rédemption et puis quoi encore ?

Absolument d'accord.
C'est quoi ce truc d'exiger le repentir du condamné?

Ce truc, comme vous dite, ça s'appelle la personnalisation des peines, ou encore la libération conditionnelle.

On ne libère pas quelqu'un qui est condamné à perpétuité pour rien. Non, on le libère, car un jour on s'est dit que même les pires condamnés doivent avoir la possibilité de se reclasser socialement, de changer, d'être différent du jour où ils ont commis les faits ayant justifié leur condamnation.

Attendre d'un violeur sortant de prison qu'il ne viole plus, c'est une évidence. Mais cette évidence dépasse le fait qu'il en serait devenu incapable. Non, la société, en inventant la personnalisation des peines, demande aussi au criminel de cesser de l'être.

Donc même si de votre point de vue ça vous parait scandaleux, le criminel n'a pas le choix de faire l'apologie du crime. C'est sous cette condition que notre société a inséré dans le droit ce qui permet sa libération.

Oui, de Rouillan, on exige le repentir. Sinon, il est toujours le danger social qu'il a été, et il n'y alors aucune raison de lui faire la faveur d'aménager sa peine.

Audine demande « on peut discuter : depuis quand on condamne l'intention, depuis quand c'est péché, de penser ? ». Mais elle oublie que nous n'en sommes plus là : il n'est pas question de condamner une nouvelle fois, mais de savoir si une personne condamnée à être écarter perpétuellement de la société est apte à réintégrer la société. Ce ne sont pas des idées qui vont être condamnés, c'est la condamnation de ses actes.

Besancenot, justement, « l'explique » très mal, puisqu'il n'est pas question d'aggraver a posteriori sa peine, mais juste de ne pas l'alléger alors que ses propos marquent le mépris de ses victimes. Qu'on soit d'accord ou pas avec la condamnation de Rouillan (après tout, pour certains, tuer du bourgeois n'est pas une infraction pénale mais du salut public), l'honnêteté consiste néanmoins à ne pas travestir cette réalité. Et, du coup, je ne partage pas votre estime pour Besancenot car, étant loin d'être idiot et mal entouré, il n'est que peu douteux qu'il n'ignore pas en quoi son propos est peu honnête.

Et là, on est loin du « judéo christianisme ». On a des macchabés, bien refroidis. Allez en parlez aux enfants de la famille Andran, ou Besse !


Audine a écrit:

En ce qui concerne le droit, je suis pour un droit spécifique en cas d'actes politiques : un droit spécifique ne veut pas dire des peines différentes mais par exemple, un droit de la défense spécifique, une instruction spécifique etc.

Il y a déjà un droit distinct du droit commun pour les condamnés politiques. Notamment, ils ne peuvent être condamnés à la réclusion criminelle mais à la détention criminelle.

Par contre, j'aimerais que vous détaillez ce que vous imaginez comme droit de la défense spécifique. Je vois mal quel droits spécifiques en la matière devraient être refusés ou octroyés aux droits communs par rapport aux autres.
Par ailleurs, dans de nombreux cas, les mis en cause politiques le sont dans des affaires de terrorismes, celles-ci impliquant d'emblée un droit spécial.
Dites plutôt où vous voulez en venir avec cette idée de droit différencié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imbepile.free.fr/
Tivi

avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 30/10/2008
Age : 42
Localisation : Paris mec !

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Ven 28 Nov - 10:54

"Besancenot, justement, « l'explique » très mal, puisqu'il n'est pas question d'aggraver a posteriori sa peine, mais juste de ne pas l'alléger alors que ses propos marquent le mépris de ses victimes."

Je comprends bien ce qui est écrit là, mais néanmoins, une question me taraude. L'allègement d'une peine doit être basée sur quoi ? Sur les probabilités qu'un "criminel" reproduise ses crimes. Sur ce point là, je pense qu'on est tous d'accord. A ce titre, il est parfaitement possible qu'un criminel n'éprouve pas de remords vis à vis des victimes et cesse toutefois d'adopter un comportement délictueux.

La justice n'est pas un instrument de compensation des victimes.

C'est sans doute un peu froid comme raisonnement, mais il ne s'agit pas d'indemniser la vie de l'un en suçant le capital de celle d'un autre.

La justice se pense dans la structure sociale toute entière. Elle sert, qu'on la pense juste ou non, à protéger une structure d'un élément qu'on isole. Les victimes n'ont rien à faire là dedans, ce que le criminel pense d'elles n'a aucune place dans le débat. Pas davantage, les concepts émotionnels ou les sentiments : le remords, la rémission, le pardon.

On détourne en opérant de la sorte la justice de son véritable but (il est vrai en même temps que la droite dans ce pays a toujours eu du mal à penser la justice telle qu'elle est et telle qu'elle devrait être). Pas étonnant qu'un type comme Rouillan devienne un enjeu au même titre que tous les pédophiles de France et de Navarre...

Ce raisonnement ne consitant pas bien sur à être en accord avec les pensées de Rouillan...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
edgar

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Ven 28 Nov - 14:34

Non, rien de rien... après tout, cela a fait un tube...

Non, ça n'est même plus du judéo-machin, et même si bien sûr ça n'est pas nouveau c'est vraiment de plus en plus l'ère du ferme-ta-gueule généralisé, avant, pendant et après... même longtemps après maintenant avec le système de fichiers que vous savez... sans prendre des cas aussi emblématiques que celui de Rouillan, je remarque par exemple que l'année dernière encore des lycéens étaient toujours poursuivis en justice pour avoir montré leur cul à des policiers en 2005, pendant les mouvements contre la loi Fillon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
EnclumeDesNuits

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 16/11/2008
Localisation : 93 hardcore

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Ven 28 Nov - 16:00

Tivi a écrit:
Je comprends bien ce qui est écrit là, mais néanmoins, une question me taraude. L'allègement d'une peine doit être basée sur quoi ? Sur les probabilités qu'un "criminel" reproduise ses crimes. Sur ce point là, je pense qu'on est tous d'accord. A ce titre, il est parfaitement possible qu'un criminel n'éprouve pas de remords vis à vis des victimes et cesse toutefois d'adopter un comportement délictueux.

La probabilité qu'un criminel cesse de l'être dépend largement de sa compréhension de son crime.
On n'imagine qu'un violeur qui raconte ci et là qu'il est normal d'imposer des relations sexuelles à des personnes non consentantes n'est plus dangereux.
Doit-on libérer, à titre conditionnel, le criminel qui raconte ci et là que son cheminement était un politique cohérent et judicieux ?

Où est la condition ? Car il s'agit de libération conditionnelle. Le libéré conditionnel n'est pas un condamné ayant purgé sa peine, encore moins un ex-condamné réhabilité légalement. Ce n'est pas un citoyen comme un autre.

La sanction pénale n'a pas pour but que d'écarter l'individu jugé dangereux. La sanction est aussi considérée en droit comme une forme de prévention : prévention spéciale qui intimide le condamné afin d'éviter sa récidive, prévention générale qui dissuade les autres membres du corps social tenté de suivre son exemple.

Les criminels n'ont pas le droit de tirer profit pécuniaire ni de faire l'apologie de leurs crimes. Des infractions spécifiques répriment ces faits. Il va donc de soi que ce soit des causes de cessation d'aménagement de peine.


Tivi a écrit:

La justice n'est pas un instrument de compensation des victimes.

Qu'est-ce donc alors ? Est-ce une balance qui n'aurait qu'un plateau ?


Tivi a écrit:

La justice se pense dans la structure sociale toute entière. Elle sert, qu'on la pense juste ou non, à protéger une structure d'un élément qu'on isole. Les victimes n'ont rien à faire là dedans, ce que le criminel pense d'elles n'a aucune place dans le débat. Pas davantage, les concepts émotionnels ou les sentiments : le remords, la rémission, le pardon.

Est-ce à dire que vous estimez que la victime, le plaignant, n'est désormais plus partie dans un procès pénal ?

Dans un procès pénal selon notre droit, il y a 3 parties :
- le demandeur à l'action publique, c'est à dire le parquet représentant l'intérêt social
- le demandeur à l'action civile, c'est à dire la personne qui s'estime lésée par l'infraction et qui peut faire valoir d'un préjudice
- le défendeur à l'action publique et civile, c'est à dire le mis en cause, qui a heurté et l'intérêt social, et un intérêt privé

(sauf bien entendu dans le cas d'infractions sans plaignant, comme c'est généralement le cas des infractions à la législation sur les stupéfiants)

Je vois mal en quoi il serait pertinent d'ignorer une de ces parties.

Aussi, dans les affaires criminelles, ce que pense l'auteur des faits de ses victimes est un aspect important du contexte de commission du crime. Il importe donc à la manifestation de la vérité, but ultime de tout procès pénal, de se soucier de tous ces éléments « émotionnels », de tout ces éléments de « sentiments ». Même si ça ne change pas le fait que le mis en cause sera jugé en droit et non en sentiments.


Tivi a écrit:

On détourne en opérant de la sorte la justice de son véritable but (il est vrai en même temps que la droite dans ce pays a toujours eu du mal à penser la justice telle qu'elle est et telle qu'elle devrait être). Pas étonnant qu'un type comme Rouillan devienne un enjeu au même titre que tous les pédophiles de France et de Navarre...

Ce raisonnement ne consitant pas bien sur à être en accord avec les pensées de Rouillan...

Je crois que si on doit faire un découpage terre à terre entre gauche et droite en compréhension du droit pénal, on trouvera que la gauche est aussi compétente en ce domaine que la droite l'est en droit du travail. C'est à dire proche du néant.

La loi Guigou de 2001 devant renforcer la présomption d'innocence est à ce titre très instructive.
Je ne vais pas m'étendre dessus sur les multiples approximations de cette loi, je vais me contenter d'un exemple simple : cette loi a notamment prévu que l'accusé comparaissant libre devant une juridiction pénale comparaitrait hors du box des accusés, au titre du respect de sa présomption d'innocence. Ca implique que, depuis, certains accusés comparaissent dans un box entre deux gendarmes ou policiers, d'autres comparaissent devant le box, auprès d'avocats. Au nom de la présomption d'innocence des uns, on aggrave dans les yeux des jurés la présomption de culpabilité des autres, puisqu'on met en évidence de manière flagrante le fait que les uns font l'objet d'une mesure de détention provisoire et pas les autres.
Et je passe sur le fait très cocasse que cette loi a inséré dans le code pénal à plusieurs reprises la notion « d'indice faisant présumer qu'elles ont commis ou tenté de commettre une infraction », un comble, puisqu'en contradiction avec l'objectif théorique de ladite loi.

Il y a sans doute une explication sociologique à tout ceci. On sait bien que les étudiants en droit sont autant de gauche pour la plupart que les étudiants en sociologie sont de droite.
Sans doute parce que les uns sont enclins à voir le libre arbitre du criminel comme la cause de ses méfaits - et c'est le droit pénal qui y répond - alors que les autres sont enclins à voir le contexte social comme ladite cause - et c'est le progrès social qui y répond.

Bien évidemment, la vérité est dans l'entre-deux. Mais notre monde politique constitué d'énarques, donc de gens d'origine et de philosophie homogène, ne peut l'admettre sans risque que leur fadeur n'en devienne trop flagrante. Donc notre monde politique ne nous propose que des politiques hémiplégiques.





edgar a écrit:

Non, ça n'est même plus du judéo-machin, et même si bien sûr ça n'est pas nouveau c'est vraiment de plus en plus l'ère du ferme-ta-gueule généralisé, avant, pendant et après... même longtemps après maintenant avec le système de fichiers que vous savez... sans prendre des cas aussi emblématiques que celui de Rouillan, je remarque par exemple que l'année dernière encore des lycéens étaient toujours poursuivis en justice pour avoir montré leur cul à des policiers en 2005, pendant les mouvements contre la loi Fillon...

Je ne vois pas aucun rapport entre ces deux situations. Merci de m'éclairer.

Dans un cas, il y a des gens poursuivis quelques années après pour des délits commis en 2005, non jugés ni prescrits depuis. Si ces délits ont été commis (ce que vous ne remettez pas en cause), la Justice n'a d'autre choix, sauf à pratiquer le déni de Justice, que de poursuivre.
Vous vous scandalisez peut-être que ces faits soient jugés plusieurs années après. C'est le quotidien de la Justice que de juger avec grand retard des faits triviaux, comme dans un service d'urgence où l'on ne soigne les blessures bénignes qu'après les blessés graves.
Par ailleurs, si ces affaires avaient été jugés dans le contexte des faits, en 2005, certains n'auraient pas manqué de trouver à la Justice une démarche politique et un manque de recul.

Dans l'autre cas, on a un individu condamné pour des assassinats (c'est à dire l'exécution préméditée, de sang froid, d'autrui) qui aujourd'hui tient des propos justifiant ses assassinats.
Je vous invite à parler à la famille des victimes cet assassin, histoire de voir le sens que peut avoir le fait qu'on remette en liberté un homme qui ne remet pas en cause son cheminement criminel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imbepile.free.fr/
Tivi

avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 30/10/2008
Age : 42
Localisation : Paris mec !

MessageSujet: Re: Idiots utiles   Ven 28 Nov - 17:59

EnclumeDesNuits a écrit:


La probabilité qu'un criminel cesse de l'être dépend largement de sa compréhension de son crime.
On n'imagine qu'un violeur qui raconte ci et là qu'il est normal d'imposer des relations sexuelles à des personnes non consentantes n'est plus dangereux.
Doit-on libérer, à titre conditionnel, le criminel qui raconte ci et là que son cheminement était un politique cohérent et judicieux ?

Où est la condition ? Car il s'agit de libération conditionnelle. Le libéré conditionnel n'est pas un condamné ayant purgé sa peine, encore moins un ex-condamné réhabilité légalement. Ce n'est pas un citoyen comme un autre.

La sanction pénale n'a pas pour but que d'écarter l'individu jugé dangereux. La sanction est aussi considérée en droit comme une forme de prévention : prévention spéciale qui intimide le condamné afin d'éviter sa récidive, prévention générale qui dissuade les autres membres du corps social tenté de suivre son exemple.

Les criminels n'ont pas le droit de tirer profit pécuniaire ni de faire l'apologie de leurs crimes. Des infractions spécifiques répriment ces faits. Il va donc de soi que ce soit des causes de cessation d'aménagement de peine.

Cet argument est parfaitement spécieux. Dans la criminalité, il y a des individus qui commettent des délits, parce qu’ils le choisissent en toute conscience et d’autres qui cèdent à des pulsions. Aussi, ne mélangeons pas le violeur et l’assassin, le pédophile et le pilleur de banques (ce que j’ai dit plus haut en arguant du fait que le pouvoir en place utilise les crimes les plus terribles et pulsionnels pour faire peser la balance d’un coté plutôt que l’autre).

Enfin, sur le caractère spécifique de ce que vous appelez prévention, de ce qui est réprimandé ou non, je ne souhaite pas me prononcer. Disons simplement qu’il ne faut pas confondre Justice et Droit. Même si en toutes choses, je suis plutôt enclin à prôner la conformité aux lois (même mauvaises), celles-ci ne sont pas forcément instruments de justice. Je ne fais en outre que témoigner de ce qui est. Un cambrioleur peut, par exemple, n’avoir aucun remords de ses crimes passés et en revanche se ranger des voitures. L’un et l’autre ne sont pas incompatibles. C’est le bon sens. Dans ce cas là, on se fiche de ce qu'il pense, l'intérêt pour la société est néanmoins réelle.

Comme l’a dit Audine plus haut, la pensée « criminelle » (un mythe stalinien ?) est un leurre et il est dommage qu’elle soit réprimée, de quelque sorte que ce soit.




EnclumeDesNuits a écrit:

Qu'est-ce donc alors ? Est-ce une balance qui n'aurait qu'un plateau ?

Est-ce à dire que vous estimez que la victime, le plaignant, n'est désormais plus partie dans un procès pénal ?

Dans un procès pénal selon notre droit, il y a 3 parties :
- le demandeur à l'action publique, c'est à dire le parquet représentant l'intérêt social
- le demandeur à l'action civile, c'est à dire la personne qui s'estime lésée par l'infraction et qui peut faire valoir d'un préjudice
- le défendeur à l'action publique et civile, c'est à dire le mis en cause, qui a heurté et l'intérêt social, et un intérêt privé

(sauf bien entendu dans le cas d'infractions sans plaignant, comme c'est généralement le cas des infractions à la législation sur les stupéfiants)

Je vois mal en quoi il serait pertinent d'ignorer une de ces parties.

Aussi, dans les affaires criminelles, ce que pense l'auteur des faits de ses victimes est un aspect important du contexte de commission du crime. Il importe donc à la manifestation de la vérité, but ultime de tout procès pénal, de se soucier de tous ces éléments « émotionnels », de tout ces éléments de « sentiments ». Même si ça ne change pas le fait que le mis en cause sera jugé en droit et non en sentiments.?

Enclume. Si la justice était un instrument de compensation des victimes, elle serait compassionnelle. C’est ce qu’elle est aujourd’hui, à bien des égards. Elle devrait au contraire être froide et affranchie. Quand vous parlez ensuite de la question de cette partie qui représente la victime, je vous répondrai simplement qu’il est naturel qu’elle existe puisqu’il faut pouvoir en appeler soi-même à la justice, pas à la justice pour soi, mais à la justice tout court. Simplement. De la même façon, qu’une partie saisisse un tribunal ne signifie pas qu’une partie juge. La victime est donc présente (c’est légitime) mais elle n’agit pas. Et ne doit pas peser sur les débats en tant que victime. Qui juge ? Le juge, à lui de faire respecter un équilibre dans son rendu de la justice. Seul le bannissement de l’émotion, du compassionnel peut l’aider dans cette tâche.

C’est aussi précisément pour cela que je suis tout à fait opposé aux jurys populaires (cela participe de la même idée selon moi). Plus la justice sera aveugle (c’est ainsi que nous la représentons, un bandeau sur les yeux), mieux elle pourra s’acquitter de sa tâche. Or, si elle a comme préoccupation première d’apaiser la victime, de soulager sa peine, la balance penchera en effet. Et, elle penche déjà actuellement dangereusement.


---


Concernant ce que j’ai dit de la droite encore une fois, vous confondez Justice et Droit. Je ne parle pas de droit. Je parle de justice. L’un est au service de l’autre, pas l’inverse. L’idée de Justice est toujours ce qu’elle est même si le droit qui voudrait la véhiculer est un mauvais droit. La Justice, ça sert à quoi ? On a bien compris que le droit français est une usine à gaz qui embouteille tout, sert à satisfaire la France qui pleure dans les chaumières. Comme on a pu le voir lors des Emeutes, il est devenu un instrument politique. Aujourd’hui, nous vivons sous une gouvernance de droite. Il me semble particulièrement évident que le terrain effroyablement compassionnel et dégoulinant est bien occupé.

De la même façon, je n’ai pas parlé de gauche, vous en parlez tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Idiots utiles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Idiots utiles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» QUELQUES CONSEILS POUVANT VOUS ETRE UTILES POUR BIEN DEBUTER SUR LE SITE
» Paléographie et Gallica – 3 sites utiles
» seau à couches, utile?
» stage dégustation plantes sauvages et survie dans nature
» liens utiles sur la langue normande!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la fabrique à brac :: Débats :: Politique-
Sauter vers: