Manufacture de création, d'écriture, de critique et de discussion sur la culture, la politique, le monde et toutes les autres choses...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Slumdog millionnaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
beabab



Messages : 306
Date d'inscription : 16/11/2008
Localisation : Elle court, elle court la banlieue

MessageSujet: Slumdog millionnaire   Mar 24 Fév - 2:27

Qui n’a révé un jour de devenir millionnaire et de changer la vie ?

C’est ce qui va peut- être arriver à Jamal, jeune adolescent, serveur de thé dans une plate-forme téléphonique d’un centre d’appel ?

Seulement Jamal ne répondra pas à la question “c’est votre dernier mot” de notre Jean Pierre Foucault national.



L’histoire se passe en Inde et Jamal est un frêle mais têtu gars, issu des bidonvilles indien.

Soupconné de tricher, il va devoir avant l'ultime question, justifier auprès de la police de ses connaissances après une séance pré-interrogatoire plutôt musclée

Voilà une idée plutôt ingénieuse de mise en scène, à chaque question de l’animateur, correspond un moment de l’enfance de Jamal.
Car tout le savoir de Jamal, il ne l’a presque jamais lu dans les livres...mais des expériences de sa jeune vie, une enfance à la Oliver Twist.



Car ce film ne vous laisse pas le temps de respirer, images survoltés, scènes parfois au limite du supportable, et bande son vitaminé.

L’une des originalités du film est ici d’avoir transposé une histoire de Prince des temps modernes finalement assez banale dans l’Inde d’aujourd’hui.
Ce ne sont pas tant les questions qui sont importantes que de voir défiler la vie de Jamal

Pourquoi Jamal se retrouve sur un plateau de télévision ? vous le saurez si vous allez voir ce film




La vie de Jamal apparaît la plupart du temps comme une survie, mais sous forme d'un suspens filmé à deux cent à l’heure, courses poursuite dans les bidons villes, arnaque et petites combines, chapardage sur un train lancé à grande allure...

Rares sont les plans arrêtés, ô Gange, suspend ton vol.

Certains critiques que je ne citerai pas reprochent à ce film d’être un conte de fées irréaliste, certes, mais c’est comme reprocher à un film comique de manquer de sérieux.

Danny Boyle n’a pas voulu faire un film sur la condition des enfants dans les bidons villes... même si à travers sa fiction à la sauce épicée-sucrée bollywood, il donne à voir l’Inde d’aujourd’hui...

Un film divertissant conseillé par le bouche-à-oreille.

Mais si le réalisme vous intéresse, alors passez votre chemin et allez plutôt voir “puisque nous sommes nés” de Jean Pierre Duret et Andrea Santana.

A bon joueur, salut !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
herbertlecanard

avatar

Messages : 402
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Slumdog millionnaire   Mar 24 Fév - 10:52

Pas encore vu.. mais j'en ai entendu beaucoup de bien,
surtout de la bande son (déjà primée) où l'on peut retrouver
des gens pas vilains, comme M.I.A que je kiffe.
Et oui ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleur d'Hiver

avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 16/11/2008
Localisation : Nord Est

MessageSujet: Re: Slumdog millionnaire   Mar 24 Fév - 12:26

Rafale d'oscars pour ce film dont le masque a dit aussi plutôt du mal.

J'ai lu le livre dont ce film est l'adaptation, il me semble que ça m'avait plutôt agacée.


flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tivi

avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 30/10/2008
Age : 42
Localisation : Paris mec !

MessageSujet: Re: Slumdog millionnaire   Jeu 5 Mar - 14:43

Mazette,
j'étais presque convaincu...

C'est à dire que je ne suis pas un grand fan de Boyle. Transpotting, j'avais trouvé ça un peu chiant et "La Plage"...
"survitaminé", suramphétisé presque. Un long clip avec un bout de scénar la plupart du temps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
beabab



Messages : 306
Date d'inscription : 16/11/2008
Localisation : Elle court, elle court la banlieue

MessageSujet: Re: Slumdog millionnaire   Lun 9 Mar - 0:51

Je ne suis pas fanne de Boyle, encor' que je ne garde pas un trop mauvais souvenir de Transpotting avec Ewan Mc Gregor, et un très bon souvenir d'"une vie moins ordinaire" toujours avec Ewan Mc Gregor et Cameron Diaz, une comédie un peu bluette mais assez décalée.

"la Plage", j'ai fui.

Fleur met un bémol sur ce film , mais ne l'a pas vu, n'a entendu qu'une critique et lu le livre dont le film est adapté.
Les droits du livre ont été achetés que sur le projet du livre, d'ailleurs, parait-il qu'il ya des différences dans l'histoire entre le film et le livre comme souvent.

Le film a eu plein d'oscars, peut-être pas un gage de qualité non plus les récompenses. N'empêche la bande son déchire

Et les critiques parfois... m'ont envoyé voir des films où je me suis profondément emmerdé.

Par ailleurs, les critiques sont partagés entre ceux qui aiment beaucoup et les autres pas du tout

Je suis allé voir ce film grâce au bouche à oreille, des personnes ayant des gouts assez différents aimant le film et ne suivant plus de très prés l'actualité ciématographique.

Oui, Boyle filme plutôt de façon sur-vitaminé, mais ici cela sert son histoire, et cela nous transporte au milieu de l'Inde mme si son film reste un divertissement et pas un reportage sur l'Inde.
J'ai l'impression que c'est cela qu'on lui reproche : avoir fait une fiction, en forme de conte cruel dans l'Inde d'aujourd'hui avec les yeux d'un occidental.

Et puis il ya quelques plans magnifiques comme ceux où Jamal contemple la ville, où était avant le bidonville de sa vie d'enfant (la première image de mon post)

Et puis Jamal est un héros comme on en fait plus, sa volonté m'a touché, sans vous raconter la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleur d'Hiver

avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 16/11/2008
Localisation : Nord Est

MessageSujet: Re: Slumdog millionnaire   Lun 9 Mar - 21:27

L'ennui avec les critiques c'est qu'entre ceux qui disent du bien et ceux qui disent du mal, on s'y perd.

En plus, les critiques sont souvent branchés sur des trucs très pointus, genre cinéma d'auteur, parfois génial mais parfois assommant.

En fait mes réserves s'appliquaient surtout au livre que je n'ai pas aimé.

flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
beabab



Messages : 306
Date d'inscription : 16/11/2008
Localisation : Elle court, elle court la banlieue

MessageSujet: Re: Slumdog millionnaire   Mar 10 Mar - 0:55

Fleur d'Hiver a écrit:
L'ennui avec les critiques c'est qu'entre ceux qui disent du bien et ceux qui disent du mal, on s'y perd.

En plus, les critiques sont souvent branchés sur des trucs très pointus, genre cinéma d'auteur, parfois génial mais parfois assommant.


tu n'aimerais peut-être pas ce film ou beaucoup alors, Fleur, je ne sais pas ?

pour ne prendre que "les cahiers du cinéma" , le peu de fois où j'ai essayé de ne comprendre qu'une seule de leur critique, j'avais tellement mal à la tête, que je serai bien aller voir de suite le dernier Stalone !

Dans un genre différent, les Inrocks coté critique de cinéma font très fort dans le genre critique à la con.
ça tu comprends qu'ils ont pas aimé , mais pourquoi tant de haine ?

Un peu comme quand ils étaient, à l'inverse, dithyrambiques sur Carla Bruni, je me demande s'ils se sont calmés depuis ?

enfin, les inrocks, j'aime bien leurs compils, ça permet de découvrir plein de jeunes talents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tivi

avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 30/10/2008
Age : 42
Localisation : Paris mec !

MessageSujet: Re: Slumdog millionnaire   Mar 10 Mar - 14:54

Tu parles des inrocks parce que tu voulais me lancer sur le sujet, là ?

héhé !

Personnellement, je n'ai rien contre les critiques. Ils sont utiles, pas tant pour savoir quoi aller voir au ciné que pour faire vivre une certaine forme d'exigence artistique. Ils ne sont d'ailleurs pas assez nombreux, les vrais critiques. Les inrocks, c'est le summum de la boboïtude, des bouffons qui ne sont jamais sortis de la cave de leur mère et qui rêvent de faire la tendance.

Alors ça s'extasie sur des trucs sans intérêt comme Devendra Banhart ou les films de Michael Mann. Je me demande si ils n'ont pas chopé les gars au hasard d'ailleurs, pour prétendre avoir compris quelque chose là où tout le monde est passé à coté. Bref, ce sont des cons.

Les Cahiers du Cinéma, j'aime bien, mais parfois, ils prennent leurs désirs pour des réalités. Ils s'enflamment un peu. Mais ils sont garants de cette exigence. Il est important quand même que le cinéma, s'il est divertissement, reste aussi un art à part entière, parfois même difficile d'approche.

En réalité, la critique ne se fait plus sur les films aujourd'hui, mais sur leurs postulats. Si c'est vrai que le film de Boyle a été mal reçu parce qu'il figure un conte dans l'Inde pauvre, couvé par le regard d'un occidental, c'en est la plus parfaite démonstration. Car pourquoi ce regard serait plus inutile qu'un autre ? Pourquoi l'occidental devrait se sentir coupable de regarder l'ailleurs tel qu'il le voit ? Quand un cinéaste africain, ou oriental décrit le monde occidental tel qu'il le voit, personne ne se plaint, on crie presque au génie.

Bref, on a aujourd'hui tendance à parler de tout sauf d'art en soi. J'irais sans doute voir ce film, mais je sais parfaitement ce qui me gêne chez Boyle : une surutilisation d'effets, pour impressionner le spectateur. L'image dévore tout, y compris les personnages, les idées prennent le pas sur la vie. C'est le cas pour tous ces films. Si ici, cela sert l'intrigue, alors pourquoi pas ? Après tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fleur d'Hiver

avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 16/11/2008
Localisation : Nord Est

MessageSujet: Re: Slumdog millionnaire   Mar 10 Mar - 15:43

Moi, j'aime bien écouter le Masque, mais un de leurs critiques avec une voix nasillarde et une élocution très snob m'énerve au plus haut point.

Il n'aime rien de ce que les autres aiment et il a des références auxquelles je ne comprends rien, il parle de cinéastes dont parfois je n'ai jamais entendu le nom.

Quand je l'entends, je me sens péquenaude et vraiment nulle.


flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
herbertlecanard

avatar

Messages : 402
Date d'inscription : 30/10/2008

MessageSujet: Re: Slumdog millionnaire   Mar 10 Mar - 15:46

C'est clair que le masque et la plume , c'est bien pire que les inrocks
(pas sur le plan bobo, sur le plan des critiques).
Ils accusent souvent aux films d'être pétainiste... et c'est vrai que ça coupe l'envie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
beabab



Messages : 306
Date d'inscription : 16/11/2008
Localisation : Elle court, elle court la banlieue

MessageSujet: Re: Slumdog millionnaire   Jeu 12 Mar - 0:51

Citation :
Tvi a suggéré : Tu parles des inrocks parce que tu voulais me lancer sur le sujet, là ?

ben ouep, je me suis dit, ça le tivitiller !

Citation :
Tivi poursuit : Personnellement, je n'ai rien contre les critiques. Ils sont utiles, pas tant pour savoir quoi aller voir au ciné que pour faire vivre une certaine forme d'exigence artistique.

Je trouve qu'ils sont utiles pour faire un choix, mais je suis critque beaucoup plus qu'avant, vis- à vis des critiques !
Je commence à avoir une idée de mes goûts et de mes préférences. Mais bon parfois, il fô se laisser tenter pas la nouveauté, se laissier bousculer je ne parle pas de Slumdog, mais de films plus novateurs...

Scorcese, quoiqu'on en dise, ça m'ennuie ces histoires de Mafia !


Citation :
Si c'est vrai que le film de Boyle a été mal reçu parce qu'il figure un conte dans l'Inde pauvre, couvé par le regard d'un occidental, c'en est la plus parfaite démonstration. Car pourquoi ce regard serait plus inutile qu'un autre ?

tiens j'ai lu cela le matin dans Télérama. Devant le succès du film et les récompenses aux oscars, le 1er Ministre indien a jugé que le film "a rendu l'Inde fière".

Selon Trma, le film n'était pas bien vu par la population indienne auparavant.
Et vu leur critique de cinéma, qui abondait dans le sens de la polémique "d'accuser le film de promouvoir une pornographie de la misère", et
devant la levée de boucliers des spectateurs ayant plutôt majoritairement aimé le film, serait-ce une façon de se défendre ?

Je peux comprendre qu'on puisse aimer ou non ce film... Quand Tarantino filme des scènes très violentes, à la limite du supportable, on ne parle pas de la pornographie de la violence.
Certes, c'est parfois du second degré, chez Tarantino, n'empêche la violence envahit l'écran...

En conclusion, le film serait" invraisemblable" selon Salman Rushdie.
Et c'est encor' oublier que c'est un conte de fée des temps modernes.

J'appelle cela faire un faux procès, enfin je peux me tromper...
Un peu comme reprocher à Sissi impératrice de ne pas décrire les rouages poltiques de la monarchie autro-hongroise

ils sont parfois drôles à Télérama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Slumdog millionnaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Slumdog millionnaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Éboueur millionnaire
» L'avion de Steve Fossett retrouvé
» Un pompier français saisonnier, millionnaire virtuel d'un jour
» A six ans riche et millionnaire
» Et si vous deveniez millionnaire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la fabrique à brac :: Culture :: Cinéma-
Sauter vers: