Manufacture de création, d'écriture, de critique et de discussion sur la culture, la politique, le monde et toutes les autres choses...
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 "Dernier maquis" de Rabah Ameur-Zaimeche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Audine

avatar

Messages : 75
Date d'inscription : 30/10/2008
Localisation : Montpellier

MessageSujet: "Dernier maquis" de Rabah Ameur-Zaimeche   Dim 2 Nov - 18:18



Dans une entreprise de récupération – recyclage de palettes de bois, située en bout de piste de l’aéroport de Roissy en France, dans le 9-3, le patron, qui se prénomme Mao, musulman et originaire d’Afrique du Nord, décide d’être meilleur musulman en aménageant une mosquée dans le garage de l’entreprise. Ses ouvriers sont eux-mêmes tous musulmans. Les manœuvres sont des africains d’Afrique noire, les mécaniciens sont d’Afrique du Nord.



Titi, lui, conduit des chariots automoteurs, il est très mat de peau, et plutôt copain avec les mécanos. Il veut aussi gagner son paradis et se convertit. Dans un mélange d’enthousiasme naïf et d’ambition, il s’auto-circoncit et manifeste le désir d’être imam.



Seulement Mao nomme lui-même l’imam, qui est le peintre de l’entreprise, nord africain un peu illuminé, soit vêtu de sa combinaison rougie par la peinture des palettes à laquelle un masque minimal est ajouté, soit revêtu de sa robe et son chapeau de religieux.
Alors, les ouvriers de Mao, qui ont jusque là supporté des heures de travail non payées, n’acceptent pas cette nomination d’imam alors que les règles précisent que l’imam doit être choisi démocratiquement – encore que, d’après ce que j’ai compris dans divers écrits lus ça et là sur le Net, il s’agirait là d’un débat entre chiites et sunnites.
Toujours est il que cette question va déchirer l’ensemble de l’entreprise.



Il s’agit du troisième film de Rabah Ameur-Zaimeche, après Wesh Wesh et Bled Number One, qui joue magnifiquement le rôle du patron, ambigu à souhait, et qui reste malgré tout assez mystérieux, intériorisé.
D’ailleurs tous les acteurs sont formidables, criant de vérité, attachants.
Mais le véritable premier rôle revient aux palettes entassées, rouges, menaçantes et protectrices, filmées comme des installations d’art moderne.
Le film reste dans la tête une fois que l’on est sorti de la salle : il s’agit d’un film qui tourne le dos à la facilité, respecte une très grande beauté formelle et aborde des sujets complexes sans tabous, voire un sujet rarement abordé par les réalisateurs français, le monde de l’entreprise, les rapports sociaux et la religion dans l’entreprise.

Une réelle œuvre, un film à retenir, qu’on ne peut faire autrement que retenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anodineaudine.hautetfort.com/
 
"Dernier maquis" de Rabah Ameur-Zaimeche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE PORTE-AVIONS "GRAF ZEPPELIN"
» Recherche SWATCH poudre de lumière "NAKED HONEY"
» "Dixie Days". Le Havre (76).
» "LE DEMOCRATE" journal indépendant
» Saisies des patronymes disparus (ou les communes par "déviation")

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la fabrique à brac :: Culture :: Cinéma-
Sauter vers: